<img src="https://gl.hostcg.com/js/tracker.php?idsite=3414&clesite=8ss6linbs7" style="border:0;" alt="" />

Comment mettre en place une démarche d'intrapreneuriat ?

Selon une étude réalisée en 2013 « 58% des manageurs sont désireux voire extrêmement désireux de soutenir les ambitions entrepreneuriales de leurs collaborateurs. » Ce guide vous accompagne dans la mise en place de vos démarches d'intrapreneuriat. Tous les conseils pour accompagner vos intrapreneurs au quotidien.

Sommaire
Chapitre 1
Qu'est-ce que l'intrapreneuriat ?
Des suites d’une concurrence aigüe du marché, ainsi que l’engagement à la baisse des collaborateurs au travail, un concept issu directement de l’entrepreneuriat a été créé : l’intrapreneuriat. Ce concept a vu le jour dans les années 1970. Il permet aux salariés d'une entreprise de mener à bien un projet innovant de bout en bout en leur sein, le tout en gardant leur statut.

Savez-vous que 58% des manageurs sont désireux, voire même extrêmement désireux, de soutenir les ambitions entrepreneuriales ? (étude Millenial Branding & American Express, 2013)

 

Pourtant, en 2015, seules 28% des entreprises dans le monde accueillent des projets intrapreneuriaux. En France, cette proportion n’est que de 37%.

 

Pourquoi ce concept qui semble des plus en phase avec le monde actuel n’est-il pas plus développé dans notre tissu économique ? C’est notamment parce qu’il impose un changement des paradigmes qui façonnent une organisation que l’intrapreneuriat est délaissé.

 

L’intrapreneuriat a été appuyé à la suite nombreux retours sur les ressentis dans l’entreprise. D’abord, renforcé par un besoin constant d’innovation dans l’organisation. Les entreprises doivent trouver des moyens de maintenir la croissance à long terme. Ceci passe essentiellement par la recherche de nouvelles idées ou marchés.

 

Pourtant, on a clairement démontré qu’une hausse des dépenses en R&D n’était pas proportionnelle à l’augmentation des innovations d’une entreprise. On voir donc que ce ne sont pas essentiellement les équipes R&D qui innovent.

 

Ensuite, un retour important concerne l’engagement. L’entreprise doit faire face à la diminution de l’engagement des collaborateurs. Certains chiffres montrent en effet que seuls 11% des gens sont réellement engagés dans leur entreprise. C’est très peu. La majorité ne se sent donc pas vraiment impliquée. Se contente de faire son travail, sans plus. Une autre minorité est même clairement désengagée. Il y a donc un enjeu dans le fait de permettre aux collaborateurs de retrouver du sens au travail.

 

Enfin, il y a un retour lié aux ressources humaines. L’entreprise doit constamment attirer et retenir ses talents pour se développer sur le long terme. Elle doit donc mettre en place des mécanismes qui permettent aux acteurs présents de s’épanouir et par conséquent de rester dans l’entreprise. Ses mêmes acteurs, fidèles à l’entreprise, réaliseront indirectement de la bonne publicité qui attirera de nouveaux talents.

Chapitre 2
Quels sont les enjeux de l’intrapreneuriat ?
L’activité d’intrapreneuriat étant bien identifiée, on peut se poser la question des enjeux. Sur quels points l’intrapreneuriat est-il supposé avoir une action ? Les enjeux de l’intrapreneuriat sont principalement liés à la performance de l’entreprise.

L’intrapreneuriat est une bonne manière de générer de manière continue des innovations et donc la création de nouveaux produits ou services. Les intrapreneurs baignent dans l’innovation et émettent des idées tout en les développant. Puisqu’ils restent intégrés dans l’entreprise, ils peuvent les développer avec l’aide de l’ensemble des collaborateurs. Ils sont dans une idée de responsabilité quant à la réussite de leur projet.

 

Le soutient des intrapreneurs existants est donc essentiel. De leur côté, les intrapreneurs conduisent les collaborateurs à penser et agir de cette manière, ce qui entraîne un mouvement positif d’identification des hauts potentiels au sein de l’entreprise. Mettre l’accent sur ces profils en interne permet également d’attirer des talents de l’extérieur qui souhaiteraient rejoindre une organisation où ils peuvent utiliser réellement leurs compétences.

 

La différence majeure d’un intrapreneur c’est qu’il ne reste pas dans les activités déjà couvertes par l’entreprise. Son quotidien consiste à sortir de sa zone de confort. Ils recherchent des opportunités en analysant la concurrence, les tendances technologiques et les besoins potentiels du marché.

Les intrapreneurs sont donc un moyen pour l’entreprise de développer un avantage concurrentiel, notamment en se positionnant comme pionnier.

 

Deux fois plus de performance. C’est ce que l’intrapreneuriat permet aux organisations car il nécessite une culture d’entreprise stimulante, où la formation d’équipes de projet est libre. Cela entraine une culture dans laquelle les collaborateurs sont engagés et peuvent s’engager, stimulés par la collaboration et la formation continue.

Par leur accomplissement personnel professionnel, ils stimulent la croissance et la culture de l’entreprise, en particulier dans le cas où les premières réussites voient le jour, ce qui booste l’organisation tout entière.

 

Les collaborateurs les plus investis et les plus efficaces augmentent petit à petit leur rythme de croisière dans leur gestion de projet, testent plus régulièrement et avancent plus vite grâce à la collaboration.

Ce phénomène est loin d’être négligeable sur un marché concurrentiel où les développements sont de plus en plus courts. Cette manière de pensée réduit les cycles de développement et permet d’obtenir des lancements de produits à grande vitesse.

 

Un intrapreneur a une perspective « intérieur vers extérieur » et utilise les ressources disponibles pour réaliser sa vision. Il n’hésitera pas à travailler en dehors de ses horaires quotidiennes ou de manière parallèle régulièrement. Ils font également face à des réticences et des obstacles en interne. Ils doivent apprendre à fonctionner aussi efficacement que possible en utilisant les ressources dont ils disposent déjà afin d’obtenir le meilleur résultat possible.

Chapitre 3
Quels sont les bénéfices attendus des démarches d’intrapreneuriat ?
L’intrapreneuriat est une démarche globale qui engage toute l’organisation. Il en découle plusieurs bénéfices pour toute l’entreprise. Voici les principaux.

Les bénéfices de l’intrapreneuriat sont nombreux. Un des bénéfices le plus flagrant est l’exploitation de la capacité d’innovation de l’ensemble des collaborateurs.

 

Souvent, la direction a tendance à penser que les experts dans un domaine sont les mieux placés pour innover. Pourtant les collaborateurs connaissent mieux que tout le monde leurs activités et les problèmes associés. En passant par l’intelligence collective les collaborateurs optimisent les processus, créent des produits et des services innovants en se basant sur les ressources existantes. Si chaque salarié peut développer son propre projet, il faut valoriser  la prise d’initiative et encourager chaque salarié à exprimer sa créativité, ce qui rejaillit sur l’organisation.

 

L’intrapreneuriat modifie ainsi la culture de l’entreprise. En valorisant la liberté de participation et en donnant la conscience de participer aux objectifs stratégiques de l’entreprise. Cela renforce la diffusion de celle-ci auprès de tous les employés.

 

L’innovation et l’intrapreneuriat sont donc des sources de motivation pour les salariés.

Chapitre 4
Comment lancer l’intrapreneuriat ?
Vous avez compris ce qu’était l’intrapreneuriat. Ainsi que les bénéfices que vous pouvez en attendre pour votre entreprise. Alors, comment mettre en place cette démarche ?

Une culture intrapreneuriale ne vise pas seulement à créer des intrapreneurs. Ils préexistent au sein des organisations. Il s’agit de les découvrir et de les encourager.

 

Une étude récente révèle que 20% des employés ont au moins une activité entrepreneuriale.

 

Ainsi, ignorer leurs efforts ou les empêcher de réaliser leurs idées, sous prétexte qu’elles dérogent aux objectifs ou aux méthodes de travail habituelles, entraîne une diminution des activités intrapreneuriales et une baisse de l’activité des collaborateurs.

 

La première étape consiste à se demander comment un intrapreneur doit faire pour trouver sa vision. Les intrapreneurs identifient des opportunités là où d'autres ne les voient pas. En effet, ils génèrent des idées et identifient des pistes d'amélioration sans qu'on leur demande de le faire, en utilisant leur créativité et celle des autres collaborateurs pour trouver des solutions à des problèmes parfois complexes.

 

Bien que cela puisse offrir une grande valeur à l'entreprise à long terme, les manageurs et les cadres supérieurs sont parfois distraits par leurs objectifs quotidiens. Cela crée un environnement dans lequel ils sont susceptibles de rejeter les nouvelles idées qui viendraient perturber l’activité d’exploitation. Les personnes ayant l'esprit d’intrapreneuriat seront soit démotivés soit ils contourneront les obstacles en demandant autant de fois que nécessaire du temps et des moyens.

 

Ensuite, les intrapreneurs doivent parvenir à se vendre en interne. Il leur faut parvenir à convaincre leurs collègues en utilisant leur réseau au sein de l'entreprise mais également en prouvant la faisabilité et la pertinence de leur projet.

 

Comment un intrapreneur met-il en œuvre son idée ?

 

La mise en œuvre de l'idée est un moment où les intrapreneurs doivent prendre des décisions, contourner les barrières et les réticences mais également les obstacles bureaucratiques. Ils devront certainement se concentrer sur la mise en œuvre rapide de l'idée car ils savent que seuls des gains visibles assureront un soutien et un financement continu de leur idée.

 

Dans ce domaine, leurs compétences en leadership combinées à de solides connaissances techniques et commerciales sont essentielles. C’est pourquoi il faut offrir la possibilités aux intrapreneurs d’être formés sur ces notions pour lesquelles ils ont parfois des lacunes, ceci n’étant pas au cœur de leur métier.

Chapitre 5
Quel rôle pour le manageur dans l’intrapreneuriat ?
Les intrapreneurs ne sont pas les seuls à mettre en place la démarche d’intrapreneuriat. Les manageurs ont un rôle à jouer auprès d’eux afin de s’assurer que l’intrapreneuriat reste pertinent et performant. Voici les principaux rôles des manageurs dans une démarche d’intrapreneuriat.

Soutien

 

Montrer aux employés que leur comportement est valorisé, soutenu et encouragé est très important. Cela permet de diffuser une culture ouverte dans laquelle ils n'ont pas peur de partager leurs idées.

 

Chaque employé doit être encouragé à proposer des suggestions d'améliorations incrémentales, ainsi que des concepts radicaux.

 

En continu, les manageurs doivent fournir un soutien à la mise en œuvre. Cela peut prendre la forme de ressources ou de conseils afin de réduire le délai de mise en marché et augmenter les chances de succès.

 

Autonomie et responsabilité

 

Les manageurs doivent offrir l'autonomie.

 

Notamment en encourageant les employés à créer des solutions indépendantes plutôt que de s'en tenir aux lignes et aux normes établies.

 

Et n’oubliez pas une chose très importante. Les mécanismes de contrôle doivent être réduits pour permettre l'adoption de nouveaux processus plus performants. Sans quoi vous allez démotiver et rebuter vos collaborateurs les plus motivés.

 

Motivation et incitations

 

La motivation des employés est primordiale.

 

Les récompenses financières fondées sur leurs performances intrapreneuriales ne sont pas nécessairement à proscrire mais elles ne seront pas suffisantes sur le long terme.

 

Les manageurs doivent reconnaître les réussites tout en tolérant les erreurs et les échecs. S’ils ne font pas cet effort afin d'encourager davantage les collaborateurs dans leurs démarches d’intrapreneuriat, ils créent de possibles situations d’échec.

 

Ressources

 

Les employés ont besoin de temps et de moyens pour trouver des innovations. Les manageurs doivent alors accorder un accès facilité aux ressources pour permettre aux intrapreneurs d’une part de valider rapidement leurs idées et d’autre part de les implémenter. Cela peut notamment passer par l’accès rapide à des contenus de formation divers et variés, par exemple une formation sur une plateforme collaborative.

 

Communication

 

Pour innover efficacement il faut pourvoir communiquer sans contraintes.

 

Les manageurs doivent s'assurer de permettre un échange ouvert d'idées au sein de l'entreprise.

Cela leur impose de mettre en œuvre des outils efficaces tels que des plateformes de collaboration sur lesquelles il y a différents espaces d’échange et de gestion de projet.

 

Des appels à projets, challenge ou encore hackathon peuvent également être créés pour générer plus rapidement de nouvelles idées sur certains sujets.

 

Structure et processus

 

Les entreprises qui valorisent l’intrapreneuriat ont une organisation décentralisée.

 

Les manageurs peuvent ainsi déléguer les décisions pour s'assurer qu'elles soient prises par ceux qui ont le plus de connaissances du terrain.

 

Afin d'accroître encore la quantité de connaissances déployées, ces entreprises encouragent également la collaboration et les projets mêlant plusieurs disciplines. Ceci permet l’amélioration de la qualité et de la rapidité de la résolution des problèmes grâce à des expériences combinées.

Chapitre 6
Quels sont les commandements de l’intrapreneur ?
Les intrapreneurs doivent respecter quelques règles s’ils souhaitent que la démarche se passe bien. Nous avons réuni les 5 commandements de l’intrapreneurs.
  1. Ne pas avoir peur d’exposer son projet aux yeux de tous.
  2.  
  3. Être capable de demander de l’aide ainsi que des ressources aux manageurs.
  4.  
  5. Mener tous les travaux nécessaires à la réalisation de son projet, en testant toutes ses hypothèses et ce qu’importe le poste occupé. La collaboration lui permettra de s’accompagner de collègues experts.
  6.  
  7. Être tenace, et ne pas abandonner au moindre obstacle de temps, de moyens ou de politique dans l’entreprise. Il y aura des difficultés internes et externes au projet.
  8.  
  9. Être fidèle à ses objectifs, mais réaliste quant aux moyens de les atteindre.

Chapitre 7
Quels sont les bénéfices perçus ?
Les bénéfices de l’intrapreneuriat ne rejaillissent pas que sur l’entreprise. En effet, l’intrapreneuriat présente de nombreux avantages pour un salarié par rapport à l’entrepreneuriat. Voici les deux plus grands bénéfices pour l’intrapreneuriat.

L’intrapreneur réalise à moindres risques

 

L’intrapreneur est dans une position avantageuse. En effet, il prend des risques limités. C’est son entreprise qui finance son projet. Qui plus est, il conserve son salaire pendant sa mission. Il a donc dans les mains la meilleure manière de développer sa propre entreprise dans un cadre rassurant et confortable. Il ressent aussi la fierté de rendre son entreprise plus performante.

 

L’intrapreneur dispose de moyens et de ressources

 

L’intrapreneur est en position avantageuse par rapport à un entrepreneur. En effet, il bénéficie de toutes les ressources nécessaires à la réalisation de son projet. Et en plus ces ressources sont à portée de main !

 

Il bénéficie également d’un entourage professionnel bienveillant, à même de le conseiller et de le soutenir. Il a donc les ressources et le soutien dans une même organisation. Ce sont des atouts qui font défaut à nombre d’entrepreneurs.

Chapitre 8
Quels sont les freins à dépasser ?
L’intrapreneuriat est une formidable aventure. Mais elle n’est pas sans difficulté pour ceux qui doivent mettre en œuvre cette démarche. Voici quelques freins auxquels les intrapreneurs peuvent être confrontés et comment y répondre.

La peur du risque

 

Une des plus grandes peurs à laquelle sont confrontés les intrapreneurs est certainement la peur du risque. A fortiori si le collaborateur n’est pas habitué à être force de proposition.

L’intrapreneur peut avoir des réticences ainsi que des craintes à partager son idée. Mais aussi la peur que l’idée n’aboutisse pas, qu’elle ne pas fonctionne pas. C’est une appréhension légitime.

Ils peuvent donc ressentir la pression de ne pas être suffisamment à la hauteur.

 

La résistance au changement

 

Nous le savons, plus une entreprise est grande, plus ses processus sont complexes. Pourtant, l’intrapreneuriat nécessite de faire preuve d’ouverture et de flexibilité car certains projets peuvent mener à une remise en question profonde de l’architecture de l’entreprise.

 

Tout est une question de culture. D’une part la culture du management, car il ne faut plus que le management mène les projets de A à Z, mais également de la culture des collaborateurs.

Ces derniers doivent comprendre qu’ils ont entièrement leur place dans les démarches d’innovation.

 

La rencontre de deux cultures qui s’opposent

 

L’intrapreneuriat révèle les différences de culture dans une entreprise.

 

Alors que l’intrapreneuriat favorise l’autonomie, la prise d’initiative et le risque, le management plus traditionnel a tendance à mettre en avant le respect de la hiérarchie, des règles établies et par conséquent de la responsabilité ainsi qu’un contrôle régulier imposé aux collaborateurs. On comprend facilement que la rencontre de ces deux cultures peut créer des frictions. Cela implique donc de revoir le système de management, qui se veut plus bienveillant et confiant dans le cadre les démarches d’intrapreneuriat.

 

L’absence de liberté

 

Contrairement à un entrepreneur, l’intrapreneur n’est pas seul à prendre des décisions. Il lui faut prendre en compte les autres acteurs de l’entreprise : leurs idées, leur avis mais aussi le temps qu’ils peuvent mettre à disposition ou non. La prise en compte de sa hiérarchie est également importante.

Chapitre 9
Le mot de la fin

Ce guide touche à sa fin. Nous espérons qu’il vous aura permis de prendre la mesure de l’intérêt de l’intrapreneuriat.

 

Vous l’aurez compris, l’intrapreneuriat ne s’arrête pas à l’intrapreneur. Il concerne également toute sa hiérarchie, qu’il s’agisse des managers, de la direction ou des collaborateurs. Surtout il rejaillit sur l’ensemble de l’organisation, pour instaurer une culture d’innovation, et donc pérenniser l’entreprise.

 

Faire le choix d’une démarche d’intrapreneuriat réfléchie, construite et pertinente, c’est donc faire le choix de la survie de votre entreprise et de l’épanouissement de chacun dans celle-ci.

 

Et vous, avez-vous déjà mis en place une démarche d’intrapreneuriat ? Ou peut-être êtes-vous intrapreneur ? Racontez-nous votre histoire en commentaire !