L’intelligence collective comme nouvelle source d’innovation

Au sein d’une entreprise, les innovations peuvent être diverses, qu’elles soient de produit (bien ou service), de procédé, organisationnelle ou encore commerciale par exemple. Toutes les entreprises ont cherché à innover en multipliant les dépenses mais cela n’a donné que peu de résultats. Une nouvelle voie de créativité a vu le jour : l’intelligence collective, un concept défini par Pierre Levy, philosophe et sociologue : « une intelligence distribuée, sans cesse valorisée, coordonnée, en temps réel, qui aboutit à une mobilisation effective des compétences ».

Quelles sont les conditions de réussite de l’intelligence collective ?

 

  1. Les projets d’innovation ont plus de sens

 

Une des clés de réussite des projets d’innovation est de partager une vision claire dès le départ. En effet, pour créer une forte adhésion au plus grand nombre, l’auteur du projet se doit d’être en cohérence avec la stratégie globale d’innovation. Les collaborateurs doivent pouvoir percevoir les raisons et les bénéfices de ce projet et choisir d’y contribuer.

Il est important de les impliquer très tôt dans le processus et de profiter de leur expertise. Il faut les solliciter sur des points précis.La quête de sens doit être au cœur des actions car l’on cherche à susciter de la motivation. Le collaborateur va chercher une solution car cela a du sens pour lui. Il faut arriver à ce qu’ils se motivent soi-même au travers de l’objectif qu’ils partagent.

 

  1. La création d’une culture ouverte, où les échanges se multiplient

 

Afin de renforcer l’engagement des collaborateurs, l’entreprise et plus particulièrement le management doit développer une culture qui favorise les échanges. Toutefois, cette culture doit être co-construite avec l’ensemble des collaborateurs pour qu’elle soit acceptée et partagée. Elle doit néanmoins tenir compte de l’histoire, de la vision, et des valeurs de l’entreprise pour être adhésion avec le plus grand nombre.

Le management doit maintenir un vivre ensemble tout au long de la vie de l’entreprise. Il est donc important de responsabiliser les salariés tout en favorisant leurs initiatives. Le management de proximité peut toutefois servir de relais entre les individus en cas de difficultés. L’objectif majeur est de rendre les collaborateurs autonomes afin qu’ils deviennent acteur du changement, de cette collaboration.

 

  1. Identifier des ambassadeurs

 

Qui sont les ambassadeurs ? Les ambassadeurs sont des individus qui volontairement s’investissent dans la collaboration des acteurs, ils s’impliquent et tissent rapidement des liens dans les projets d’innovation. Ces individus sont parfois dissimulés au sein de l’entreprise lorsque la culture ne permet pas la collaboration libre. Il est donc essentiel de les identifier grâce au management de proximité. Pourquoi ? Car il partage une culture d’entreprise ouverte et montrerons rapidement l’exemple en partageant leurs idées ou en aidant un collègue en difficulté même si cela implique de réaliser des heures supplémentaires. Ils sont dévoués

Il advient donc indispensable de fidéliser ces ambassadeurs car ils viendront souder la culture d’entreprise et ainsi créer de la cohésion au sein des collaborateurs. Ils constituent le ciment de la culture. A l’inverse, il faut éviter leur départ car ils deviennent des relais au sein de l’entreprise. Mais comment faire ? En maintenant un équilibre au niveau de la liberté qui leur est accordée et le respect du principe d’équité.

  1. L’engagement des collaborateurs, source de performance

 

Lorsque l’on donne la possibilité aux collaborateurs de s’exprimer et de rapporter des éléments directement à la hiérarchie sans qu’ils ne craignent de sanctions alors leur engagement au travail augmente. En effet, en implémentant une approche bottom-up, les collaborateurs développeront le sentiment d’être écouté et considéré non pas seulement pour leur travail quotidien mais pour la pérennité de l’entreprise.Les dirigeants se doivent donc d’encourager la collaboration horizontale et verticale de l’ensemble des collaborateurs de l’entreprise. Il n’y a plus de hiérarchie mais bien une communauté innovante.

 

Des obstacles seront surement visibles, il appartiendra donc au management de lever les réticences et les conflits sur les plans relationnels et organisationnels afin de ne pas compromettre la capacité d’innovation issue de l’intelligence collective.Nous vous recommandons de mettre en place un tiers-lieux dédié à cet espace d’initiatives et de collaboration.

  1. Le cercle vertueux de la collaboration

 

Pour mieux collaborer, il est préconisé aux dirigeants de ne pas tout structurer en détails. Il faut laisser des espaces et de temps libres de toute organisation et de toute norme. Pourquoi pas mettre à disposition des espaces et du matériel (tableaux, fournitures) à disposition et de prévoir des moments de partage pour renforcer la cohésion et les relations sociales au sein de l’entreprise. Plus les collaborateurs se connaissent plus ils auront de facilitée à collaborer et à innover. Chacun identifiera directement les membres susceptibles de les aider dans leurs projets.

Il sera également important de capitaliser sur les savoirs et les expériences vécues au cours des projets, chacun pouvant s’exprimer librement sur son ressenti et ses craintes. Ces connaissances serviront de base pour l’ensemble des projets à venir et éviteront surement un bon nombre d’erreurs. Ainsi, on va plus vite.

 

  1. Dépasser les frustrations

 

Les managers auront pour majeure mission d’être vigilant à la détérioration des relations du haut au bas de l’échelle, mais également de façon horizontale dans l’entreprise. Ils devront détecter les possibles frustrations et les résoudre. L’indication de ses conflits a pour principal but l’amélioration des pratiques entre les membres de l’entreprise. Cela n’a pas forcément d’aspect négatif en somme.

 

Pour éviter ce type de frustrations, il faudra anticiper la formation et le soutien aux collaborateurs. Cela impose un management de proximité qui a le pouvoir de distribuer les ressources nécessaires. Les managers devront se montrer bienveillants en réalisant des feedbacks réguliers encouragés par des pistes d’améliorations. Bien évidemment, le feedback s’applique également pour toutes initiatives positives afin que les collaborateurs poursuivent leurs efforts.